Fêtes de la Saint Jean et Les rencontres des Bourdons du Sud

Chers amis musiciens bourdonneux et autres !

Nous avons le plaisir de vous informer que les rencontres des Bourdons du Sud se tiendront cette année, à Salon de Provence (13) les 24 et 25 juin 2017.
En effet, nos amis de l’association Trad’Autour http://www.tradautour.fr/, nous ont proposé comme en 2014 de nous aider à mettre en place cette manifestation, sur le site du camping de Nostradamus, 2837 Route d’Eyguières RD17 13300 Salon de Provence.
Allez faire un tour sur le site internet : Domaine de Curebourse, parc ombragé, fraîcheur du canal …
http://www.camping-nostradamus.com
Ces rencontres sont avant tout un lieu d’échange, de convivialité, permettant de garder le lien entre musiciens sonneurs de vielles et cornemuses de la région, de faire de nouvelles connaissances et ainsi de s’enrichir. Pour ceux qui ne connaitraient pas cette manifestation, vous pouvez trouver des informations sur les précédentes rencontres ici : http://bourdonsdusud.e-monsite.com/

sur:  Facebook.com

Déroulement des Rencontres:
Accueil sur place le samedi dès 14h.
Après-midi : Retrouvailles, rencontres, découvertes, échanges, bœufs.
19h : Repas commun sorti du sac (y compris boissons!)
20h30 : Balèti avec les musiciens présents
Dimanche : Réveil et petit déjeuner en musique, suite des rencontres et bœufs en matinée.
Pour le repas du dimanche, nous réfléchissons à la formule qui proposée.
Clôtures des Rencontres en fin d’après-midi.
Ce premier contact a pour but de fixer le lieu et la date, afin que vous preniez vos dispositions et que nous soyons le plus nombreux possible. (les paris sont ouverts, y aura-t-il plus de cornemuses que de vielles?)
N’hésitez pas à nous contacter pour participer à l’élaboration du programme en nous soumettant vos idées, elles seront les bienvenues.

 

Catégories: Bal Folk |

Fest Noz le 29 Avril Miramas

Lors du dernier fest noz, Caroline nous a fait voyager à travers la Bretagne à travers le répertoire suivant :
Andro Riqueniée
Ridée 7
Laridé de Baud (la « gavotte à bras » !! )
Dans ar zailheu : « danse qui saute » (variante de kas a barh)
Gavotte Pourlet (ne jamais tourner le corps vers l’arrière)
Tro’eur pourlet (pas de gavotte pourlet puis partie pointe talon x2/tape le pied x3/ surrection)
Bal pourlet (Homme et femme en face à face, bras qui pompent intérieur/extérieur)
Bal de plessala (aéroplane)
Ronde de St Brandan (Loudéac qui va dans les 2 sens)
Gavotte de Calahnel (1233455678, avec le 6 qui se pose en retard)
Bal Calahnel
Gavotte Glazik (à 2)
Gavotte d’honneur
Poignée de mains de Klernascleden (pas pourlet)
Tor Bihan nous a ensuite enchanté avec un fest noz varié, entremêlé avec le Kan Ha Diskan de Pierre et Marie.

Anne nous à régaler avec des galettes et crêpes.

Merci à eux.

Merci aux bénévoles qui ont contribué au succès de cette soirée.

Nous les retrouverons avec plaisir le 7 octobre pour un fest noz à Cazan. A noter dans vos agendas !

www.tradautour.fr

 

Le samedi 29 avril, l’association Trad Autour organise un Fest Noz à la salle des fêtes Pierre Tristani avec le groupe TOR BIHAN.
Vous aimez la danse et la bonne rigolade, n’hésitez plus, rejoignez-nous : Une bande de joyeux lurons vous fera danser aux rythmes des musiques traditionnelles de Bretagne et d’ailleurs !Ce groupe a été créé en 2007 par une partie des musiciens du groupe Pavillon Noir (chants de marins) dont il est donc une émanation.  Tor Bihan fait partie de l’association Pavillon Noir, basée à Istres.Tor Bihan cherche avant tout à produire des chants et s’attache à adapter en français des chansons traditionnellement chantées en breton et même à mettre des paroles sur des musiques traditionnelles non chantées. Le groupe compose également ses propres chansons (paroles & musiques) en essayant d’entraîner les danseurs dans le chant. Le répertoire du groupe est puisé dans les quelques centaines de danses bretonnes répertoriées.Les musiciens : Didier Papillier : accordéon, pétadou, chant

Jean-Robert Arzel : guitare, accordéon, bouzouki, pipe, banjo, chant Caroline Macé : violon, chant

Remy Morvant : contrebassine, harmonica, chant

Joel Gaonac’h : flûtes, bombarde, chant

Egalement invité, le duo de Kan Ha Diskan Pierre et Marie Seven, bretonnants originaire du Trégor.

Le Kan ha Diskan est une technique de chant à danser, qui implique un minimum de deux chanteurs.    Ils chantent alternativement, sur un principe de tuillage (le deuxième chanteur commence son phrasé sur la dernière syllabe de celui du premier chanteur, qui reprendra de la même manière). Cette technique s’adapte à toutes les danses (fisel, plinn, gavottes, ronds…).

Le Kan ha Diskan et les danses étaient utilisés pour rythmer les travaux des champs, animer les cérémonies, les fêtes, ou pour divers travaux domestiques (air à battre le blé, aplatir une aire d’habitation, célébrer un mariage..). Ils faisaient donc partie intégrante du quotidien. Cette tradition très présente alors, se poursuit aujourd’hui, dans les festoù-noz (fêtes de nuit).

Un stage de danses se déroulera l’après-midi animé par Caroline Macé et Jean- Robert Arzel.

Accueil à partir de 14h. Bal à 21h

 

Catégories: Bal Folk |

Histoire de la danse Cercle Circassien

En cercle
Forme
Couple en cercle avec changement de partenaire

Origine
Vers la moitié du XIXe siècle, circassian n’est qu’une autre appellation pour sicilian. Le mixer que nous appelons aujourd’hui Cercle circassien a été recueilli en Angleterre (Northumberland) au début du XXe siècle par Maud Karpeles.

Tel qu’elle l’a recueilli, il comprenait deux parties :
– La première implique deux couples face à face sur les rayons d’un cercle (sicilian formation) ; c’est cette première partie, héritière du quadrille français, qui constitue stricto sensu le Cercle circassien. À l’issue des figures prescrites – éventuellement répétées un certain nombre de fois47 -, les danseurs se retrouvent côte à côte sur un grande cercle, garçons et filles alternés (big circle). Cette première partie se danse traditionnellement sur une jig, air en 6/8.
– La seconde partie, dite big circle, est ce qui se fait aujourd’hui dans nos bals folks. Traditionnellement, elle doit se danser sur un reel, air en 2/4.

Le Cercle circassien se répand en France dans l’entre-deux-guerres à travers l’enseignement de Miss Pledge. Après la Libération, il entre au répertoire des CEMEA de W. Lemit et J. Vivant. Il fait irruption dans le mouvement folk au début des années soixante-dix à l’initiative d’Yvon Guilcher. Le but était de répandre des répertoires collectifs suffisamment simples pour pouvoir se transmettre sans enseignement, afin que le bal ne soit pas tributaire de l’atelier. La version alors répandue élimine la première partie à quatre, ne conserve que le big circle et substitue aux airs de reels normalement requis des airs de jigs irlandais, plus conformes au répertoire et aux possibilités des instrumentistes «folk» de l’époque. C’est dans le même esprit qu’ A. Dufresne et Y. Guilcher répandent en même temps des danses scandinaves comme Aleman ‘s marsj (Suède) et Cochinchine (Danemark), également héritées de l’enseignement de Miss Pledge. Le Cercle circassien ainsi revu et corrigé est passé à l’étranger, où il a parfois reçu de nouvelles appellations incontrôlées : fröhlicher Kreis (Allemagne), il cerchio di « Mélusine » (Italie), etc.

Yves Guilcher

Extrait de : La danse traditionnelle en France : d’une ancienne civilisation paysanne à un loisir revivaliste, Yves Guilcher
Édition Modal Folio / ADP, 1998, ISBN 2-910 432-17-3.
Description
Le pas du cercle circassien, les pratiques réelles observées

<danseur de chappeloise.jpg>On entre dans la danse à deux, un homme et sa cavalière à sa droite. On tient ses voisins par la main.
– On avance vers le centre de la ronde sur quatre pas sur quatre temps, puis quatre pas à reculons sur les quatre temps suivants.
– Les filles avancent seules, de la même façon que précédemment. Les hommes, eux, restent sur place et frappent des mains.
– Les hommes avancent en quatre pas et font un demi-tour épaule gauche de façon à se retrouver face à leur voisine, précédemment à leur gauche dans la ronde. Ils vont à elle en quatre pas.
– En arrivant à leur cavalière, les cavaliers prennent la main droite de celle-ci dans leur main gauche, et on se pose mutuellement la main droite sur l’épaule gauche et on tourne en faisant un pas de pivot, pendant 8 temps. Une autre position, moins courante, pour tourner vite est de se tenir par la taille au lieu de l’épaule.
– On se lâche les mains (gauche de l’homme, droite de la fille) et on se place côte à côte, l’homme à l’intérieur du cercle. On avance ainsi pendant 8 temps avant de reformer la ronde et de se retrouver à coté d’une nouvelle voisine. Il s’est écoulé 48 temps musicaux pour faire tous ces mouvements.
Précisions
Dans la revue Trad Magazine n°112 (mars 2007), le spécialiste des danses traditionnelles, Yvon Guilcher, à qui l’on doit l’introduction du cercle circassien dans les bals folk, précise :

 » Depuis que le cercle circassien simplifié s’est imposé partout, on lui a fait subir quelques outrages. D’où les précisions suivantes :

La danse se fait en running step, course ou marche enlevée, en précisant que la promenade peut se faire en sautillé (skipping step). Il n’y a donc nulle part de changements de pas, style polka ou bourrée.
Quand les filles avancent au centre, elles s’inclinent à la fin du trajet (« bowing in fourth beat »). Pas les garçons, du fait qu’ils tournent pour revenir vers la fille de gauche. Personne ne frappe dans ses mains pendant les avance-recules.
Le swing se fait en position « danse de salon », comme pour une valse. Pas de prise à l’épaule ou main gauche dans main gauche comme aux USA, ni de prise dans le dos comme dans l’allemande.
Dans la promenade, le garçon tient la fille par la taille, elle pose sa main gauche sur l’épaule droite de son partenaire. Pas de bras élevés derrière la tête à l’américaine ou en allemande écossaise.
Pas de pirouette sous le bras a ta fin de la promenade. Le garçon réduit seulement l’ampleur de ses pas et pousse la fille à la taille pour l’aider à revenir sur le cercle, vu qu’elle a plus de trajet à faire que lui. »Histoire

Extraits
Le Colporteur, par Au Gré des Vents

Catégories: Bal Folk |